Et si les bâtiments se racontaient - Circuit historique et architectural de Vaudreuil-Dorion

 

Julien Perron

Julien Perron (1931). © Collection madame Christiane Perron Walters.

Naissance 1931 à Montréal

De la rue Saint-Hubert à la rue Sainte-Angélique

Julien Perron est né le 6 mars 1931 au 4258, rue Saint-Hubert à Montréal1. Il est le fils de Julienne Julien (1905-1999) et de l’architecte Joseph-Eugène Perron (1899-1969)2. Après des études au collège de Valleyfield, Julien Perron s’inscrit à l’école des beaux-arts de Montréal et y étudie de 1952 à 1957. Lors d’un projet académique, Julien Perron dessine une maison qu’il décide de faire construire en 1956 (1190, rue Élizabeth3, Ville Saint-Laurent - maintenant Montréal) afin de s’y installer avec sa nouvelle épouse Carmen Dumberry. Celle-ci est native de Vaudreuil et est la fille d’Annette Ménard (1912-1995) et de Jean-Paul Dumberry (1910-2003), épicier-boucher et maire du village Saint-Michel de Vaudreuil. Le mariage de Julien Perron et Carmen Dumberry est célébré le 7 mai 1956 à l’église Saint-Michel de Vaudreuil. L’été, le couple réside à Vaudreuil dans l’une des propriétés de Jean-Paul Dumberry, au 22, rue Sainte-Angélique.

Les premières expériences et les premières réalisations

En 1957, après ses études, Julien Perron occupe différentes fonctions cléricales à Montréal. Il travaille d’abord à Hydro-Québec, puis successivement, pour la firme d’architectes Dufresne & Boulva et Durnford, Bolton, Chadwick & Ellwood. En 1960, il débute une carrière en pratique privée. L’un de ses premiers projets est la conception de l’édifice de la Caisse populaire de Vaudreuil (2, rue Saint-Michel). Durant la même période, Julien Perron s’associe brièvement (1960-1963) avec son père Joseph-Eugène Perron (Perron & Perron). Ensemble, ils réalisent la modernisation de l’hôtel de ville de Dorion (1960-1961). Joseph-Eugène et Julien Perron dessinent également les plans du garage municipal de la Ville de Dorion (1960-1961) et de l’église Saint-Zotique à Saint-Zotique (1962-1963)4.

De résidences privées et des édifices commerciaux

Au cours de sa carrière, Julien Perron conçoit aussi plusieurs résidences privées. Elles sont situées principalement à Dorion, Vaudreuil, Coteau-du-Lac, Ville Lasalle, Ville Saint-Laurent et Salaberry-de-Valleyfield. À titre d’exemple, en 1960-1961, il réalise la nouvelle maison de ses beaux-parents à Vaudreuil (28, rue Sainte-Angélique)5. Il a également conçu quelques bâtiments commerciaux situés dans Vaudreuil-Dorion dont l’édifice situé au 300, avenue Saint-Charles (1964 et agrandi en 1969)6.

La firme Angers & Perron

En novembre 1965, Julien Perron s’associe avec l’architecte Marc Angers (Angers & Perron). Durant cette période de dix ans, Julien Perron signe les plans et devis d’un grand nombre d’édifices institutionnels. Pour le secteur scolaire, Julien Perron conçoit l’école du Petit-Détour (fermée) à Rivière-Beaudette (1965) et il réaménage l’académie Wilson à Coteau-du-Lac (1967)7. Dans ce domaine spécifique, ses projets les plus importants sont le centre sportif du collège Ahuntsic (1972), l’école secondaire de Beauharnois (1972) et le gymnase du collège de Valleyfield (date inconnue). Au niveau municipal, Julien Perron réalise plusieurs casernes pour les services d’incendie des localités de la région de Vaudreuil-Soulanges : Coteau-du-Lac (1966), L’Île-Perrot (1968-1969), Saint-Clet (1969) et Vaudreuil (1973-1974 - démolie en 2009). À L’Île-Perrot, on lui doit également l’hôtel de ville (1967) et le garage municipal (1968-1969). En 1973, il dessine également l’aréna de Kirkland située dans l’ouest de l’île de Montréal.

Des édifices religieux

Outre l’église Saint-Zotique, Julien Perron signe les plans du presbytère de la paroisse Notre-Dame-de-Lorette à Pincourt en 1963 (33, rue Lussier). Il adosse son nouvel édifice à la sacristie de l’église. Cette dernière, construite en 1952, est l’œuvre de l’architecte Paul-Marie Lemieux (1902-1969). Deux ans plus tard (1965-1966), dans la foulée du concile oecuménique Vatican II, Julien Perron rénove le chœur de l’église Saint-Laurent (Ville Saint-Laurent) et modifie la volumétrie horizontale du bâtiment construit de 1835 à 18378. En 1968, il conçoit la nouvelle église Saint-Pierre à Pointe-des-Cascades (Angers & Perron)9.

Le dernier projet : l’agrandissement du centre hospitalier de Valleyfield

Au milieu des années 1970, Julien Perron s’associe à Marc Lafleur (Lafleur & Perron). Originaire de Salaberry-de-Valleyfield, ce dernier est le fils de l’architecte Jean-Marie Lafleur (1902-1985). En 1974, Julien Perron et Marc Lafleur soumissionnent pour l’agrandissement du centre hospitalier de Valleyfield10 et leur projet est sélectionné. Mais avant que la construction de la nouvelle annexe ne débute, Julien Perron a un grave accident de voiture le 26 janvier 1975. À peine âgé de 43 ans, cet événement l’oblige à abandonner prématurément l’ensemble de ses activités professionnelles. Les travaux de l’agrandissement du centre hospitalier de Valleyfield commenceront seulement à la fin de 1978 et se termineront en 198011.

Bâtiments et lieux associés :