Et si les bâtiments se racontaient - Circuit historique et architectural de Vaudreuil-Dorion

 

Siméon Brais

Siméon Brais (1886-1963) (détail). © Centre d’archives de Vaudreuil-Soulanges, Fonds Monique Pilon, P22.

Naissance 1886 à Pointe-Saint-Charles, Montréal

Décès 1963 à Montréal

De Pointe-Saint-Charles à Vaudreuil

Joseph-Siméon Brais est né le 1er avril 1886 dans la paroisse Saint-Charles à Montréal (quartier Pointe-Saint-Charles)1. Dessinateur et architecte, son parcours académique est encore méconnu. Le 18 avril 1910, il épouse Marie-Jeanne Dutrisac (1888-1978) à l’église Saint-Michel de Vaudreuil2. Elle est la fille du maître-chantre Hilarion Dutrisac et de Cornélie Gauthier. Le couple s’installe à Vaudreuil chez les parents de Marie-Jeanne3. En mai 1916, au décès de ceux-ci à quelques jours d’intervalle, le couple Brais-Dutrisac hérite de la maison de la rue Saint-Jean-Baptiste (17, rue Léger)4. Ils l’habitent comme résidence principale jusqu’en 19275. Après cette date, ils déménagent au 7084, rue Saint-Denis à Montréal. Siméon Brais et son épouse utilisent la maison familiale de Vaudreuil comme résidence secondaire jusqu’à sa vente en 19616.

Un architecte prolifique

Architecte prolifique, Siméon Brais contribue à la réalisation ou conçoit lui-même un nombre important d’édifices religieux, publics et résidentiels à Vaudreuil et à Montréal, pendant plus de 50 ans. L’un de ses premiers projets connus et documentés est sa participation, en janvier 1913, à la réparation du collège Saint-Michel à Vaudreuil dont il signe les plans et devis à titre d’architecte7. Puis, en 1916, il coopère à l’agrandissement du couvent des Sœurs de Sainte-Anne à Vaudreuil réalisé sous la supervision de l’architecte Joseph-Ovide Turgeon (1875-1933)8. Dès 1921, il travaille à son compte9 et trois ans plus tard, il ouvre un bureau à Montréal. À plusieurs reprises, Brais collabore avec d’autres architectes dont Jean-Paul Bastien (1922-1931), Zotique Trudel (1927-1928), Lucien Parent (1928-1929), Gaston Gagnier (1933-1938), Joseph-Armand Dutrisac (1939-1941) et Jean Savard (1946-1962). À Montréal, ses principales réalisations sont les appartements Pine Court (1929), l’agrandissement de l’hôtel de ville de Montréal (1932), la maison-mère des Sœurs missionnaires de l'Immaculée-Conception (édifice de la faculté d'aménagement de l'Université de Montréal) (1939) et l’église Notre-Dame-Auxiliatrice de Verdun (1937-1939).

Les réalisations de Siméon Brais à Vaudreuil-Dorion et dans la région

À Vaudreuil-Dorion10, Siméon Brais conçoit entre autres : le presbytère actuel de la paroisse Saint-Michel (avec Jean-Paul Bastien) (1922)11, la station de pompe à incendie de Dorion (1923 - démolie en 1997), la salle municipale de Dorion (1927), l’église Saint-Jean-Baptiste (avec Joseph-Eugène Perron et Jean Savard) (1949)12, le presbytère Saint-Jean-Baptiste (avec Jean Savard) (1950)13, l’école Centrale Saint-Michel (avec Jean Savard) (1954-1955)14 et l’agrandissement du centre communautaire de Vaudreuil (1959-1960)15. Il signe également les plans du centre communautaire de Pointe-des-Cascades (1945)16 et de la chapelle Sainte-Thérèse de Vaudreuil-sur-le-Lac (avec Jean Savard) (1947)17.

Il meurt à Montréal le 31 juillet 1963 et il est inhumé trois jours plus tard dans le cimetière de la paroisse Saint-Michel18.