Et si les bâtiments se racontaient - Circuit historique et architectural de Vaudreuil-Dorion

 

Vieux-Vaudreuil et ancien village Saint-Michel de Vaudreuil

Église Saint-Michel et ancien couvent des Sœurs de Sainte-Anne (à gauche). © Bernard Bourbonnais – Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, 2017.
Cottage néogothique construit en 1872 pour Allen de Lotbinière Harwood (428, avenue Saint-Charles). © Bernard Bourbonnais – Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, 2017.
Ancien magasin de Jean-Baptiste Bourque datant de 1830, modifié en 1850 et rénové avant 1894 (à droite - 423, avenue Saint-Charles) et maison typique du Bas-Canada rural érigée en 1850 (à gauche - 425, avenue Saint-Charles). © Bernard Bourbonnais – Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, 2017.
Maison urbaine à toit plat construite entre 1894 et 1913 pour Cléophée Lalonde, veuve d’Hormidas Valois (429, avenue Saint-Charles). © Bernard Bourbonnais – Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, 2017.
Maison urbaine à toit plat construite entre 1906 et 1913 pour Évariste Sauvé, huissier et registraire (24, rue Saint-Michel). © Bernard Bourbonnais – Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, 2017.
Plan du village Saint-Michel de Vaudreuil (1832) reprenant le plan de Joseph Fortune réalisé en 1811-1817. Le tracé original du village Saint-Michel a été conçu par l’arpenteur Pierre-Rémy Gagnier en 1783. © Centre d’archives de Vaudreuil-Soulanges, Fonds Henry de Lotbinière-Harwood.
Chemin du Bois-Vert (avenue Saint-Charles), vers 1915. À gauche sur la photographie, on aperçoit le 429 et le 425, avenue Saint-Charles. © Centre d’archives de Vaudreuil-Soulanges.
Chemin du Bois-Vert, vers 1925 (face à l’église et à la place publique). © Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 1954581.
Quai de Vaudreuil vers 1930 (rue Sainte-Marguerite). © Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2027205.
Vieux-Vaudreuil, vue de la baie de Vaudreuil, vers 1975. © Centre d’archives de Vaudreuil-Soulanges, P-416.

Points d'intérêt du secteur

Bien que la seigneurie de Vaudreuil soit concédée dès 1702, il faut attendre près de 70 ans avant qu’un premier noyau villageois se développe1. Propriétaire de la seigneurie depuis 1763, Michel Chartier de Lotbinière (1723-1798) en est le principal promoteur. D’ailleurs, le village et la paroisse religieuse se dénomme Saint-Michel en son honneur. Le secteur est implanté à la rencontre de trois chemins parmi les plus importants de la seigneurie, soit le « grand chemin de Vaudreuil » (avenue Saint-Charles), le « chemin de la Petite Rivière Quinchien » (rue Jeannotte et boulevard de la Cité-des-Jeunes) et le « chemin des Chenaux » (rue Saint-Michel et chemin des Chenaux). Après discussion entre le seigneur, les censitaires et l’évêque Jean-Olivier Briand (1715-1794) de Québec, un terrain de six arpents en superficie est cédé à la fabrique naissante sur lequel est construit un presbytère-chapelle en 1772 (au même emplacement que le presbytère actuel). En 1783, sous l’administration de Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière (1748-1822), le nouveau seigneur depuis septembre 1771, l’arpenteur Pierre-Rémy Gagnier (1760-1817) est mandaté pour dessiner le plan officiel de ce qui deviendra le « bourg de Vaudreuil ».

Extraits vidéo

Le Vieux-Vaudreuil - un ancien bourg à découvrir. © Ville de Vaudreuil-Dorion- Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, 2017.

Le Vieux-Vaudreuil - préservation et valorisation. © Ville de Vaudreuil-Dorion - Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, 2017.